1. Association des légumes, culture intercalaire, exemple des 3 sœurs
  2. Pratiquer l’assolement ou la rotation des cultures pour votre potager bio
  3. Comment décorer vos façades avec des fleurs selon l’orientation
  4. Le désherbage mécanique dans l’agriculture bio
  5. Désherber avec des produits naturels ?
  6. Pourquoi et comment faire pousser des betteraves
  7. La tanaisie et ses usages
  8. Comment lutter contre la pyrale du buis
  9. Qu’est-ce que mulcher et pourquoi le faire en permaculture ?
  10. Comment devenir horticulteur ?
  11. Le purin de consoude : meilleure recette facile
  12. Programme Wallon pour la réduction des pesticides
  13. Comment faire un purin d’ortie et comment l’utiliser ?
  14. Comment fabriquer potager surélevé
  15. Pourquoi choisir uniquement des plantes indigènes
  16. Engrais organiques ou engrais chimiques, lesquels choisir ?
  17. Comment enlever les pesticides des fruits et légumes
  18. Comment retirer la mousse dans mon gazon ?
  19. Comment les pesticides arrivent-ils dans votre eau ?
  20. Comment fertiliser vos orchidées avec ces recettes d’engrais vert
  21. Comment construire votre terrasse en bois vous-même ?
  22. Comment concevoir l’aménagement paysager parfait pour votre jardin
  23. Comment entretenir son gazon ?
  24. Comment semer du gazon pour avoir une belle pelouse
  25. Comment débuter le jardinage de permaculture ?
  26. Comment utiliser les plantes bio-indicatrices pour mon sol ?
  27. Pourquoi planter des plantes mellifères chez vous ?
  28. Qu’est-ce que la pâquerette pomponnette, fleur d’automne ?
  29. Comment trouver des truffes en foret sans chien ?
  30. Quels légumes pour votre potager en automne
  31. Comment remplacer les pesticides au jardin
  32. Comment faire un compost dans son jardin ?
  33. Comment vidanger complètement une piscine hors sol
  34. Réduction des pesticides

Si vous portez une attention particulière aux exploitations agricoles d’une année à l’autre, vous remarquerez qu’un champ de maïs pourrait être rempli de colza, de blé ou d’orge l’année suivante. Il y a une très bonne raison  scientifique pour les agriculteurs de planter différentes cultures dans un champ d’une année à l’autre. C’est un processus connu sous le nom de rotation des cultures ou assolement, et il existe depuis très, très longtemps. La rotation des cultures fait référence à la pratique consistant à cultiver différents types de cultures, ou aucune culture du tout on parle alors de mise en jachère, dans la même parcelle au cours d’une séquence de saisons. Les historiens croient que les agriculteurs du Moyen-Orient pratiquaient la rotation des cultures dès 6 000 ans avant J.-C., même s’ils ne comprenaient pas bien les données scientifiques qui la sous-tendent. Explications

Définition de l’assolement

assolementEn agriculture, il s’agit d’une pratique agricole consistant en segmenter les parcelles en parties égales pour y établir par rotations des cultures différentes et ainsi obtenir le meilleur rendement possible sans épuiser la terre. Chaque parties de parcelle étant appelées soles ou surface d’assolement.

Pourquoi pratiquer la rotation des cultures ?

Comme les agriculteurs l’ont appris il y a des milliers d’années, plusieurs problèmes commencent à surgir lorsque vous ne faites pas la rotation des cultures. Tous ces problèmes peuvent entraîner une baisse des rendements sur plusieurs années.

  1. Premièrement, la terre elle-même peut devenir fatigué » et moins fertile. C’est parce que le même type de culture plantée à plusieurs reprises dans la même zone continue de drainer la terre des mêmes éléments nutritifs nécessaires à la croissance de cette plante.
  2. Deuxièmement, certains ravageurs peuvent atteindre des niveaux difficiles à contrôler lorsqu’ils apprennent à s’établir près d’un champ qui a toujours le même type de culture.
  3. Enfin, les terres peuvent être plus sensibles aux forces de l’érosion si le même type de culture est planté de façon répétée saison après saison.

La rotation des cultures contribue à atténuer chacun de ces effets. Différents types de plantes ont besoin de différents types d’éléments nutritifs du sol. Le changement régulier des cultures permet à la terre de rester fertile, car tous les nutriments ne sont pas utilisés de la même façon à chaque saison. Par exemple, la plantation d’une légumineuse, comme le soja, aide à reconstituer l’azote nécessaire dans le sol.

Autrefois, le fait de ne rien planter, laisser le champ en jachère, permettait à la terre de se reposer et de reconstituer ses nutriments. Certains agriculteurs modernes laissent parfois les champs en jachère pour se reposer, mais la rotation des cultures a contribué à accroître la productivité en remplaçant les périodes de jachère par des cultures différentes qui renouvellent les éléments nutritifs du sol. Elle permet d’éviter l’usage d’engrais pour la fertilisation du sol.

La rotation des cultures permet également de lutter contre les forces de l’érosion. La rotation des cultures permet d’améliorer la stabilité du sol en alternant entre les cultures à racines profondes et celles à racines peu profondes.

La rotation des cultures permet de réduire l’usage de produits phytosanitaires car elle complique la vie de ravageurs. Les ravageurs sont dissuadés en éliminant régulièrement leur source de nourriture.

L’assolement permet de façon générale de réduire les intrants que ce soit les pesticides, les herbicides ou les engrais.

L’assolement et la permaculture

Ces problèmes peuvent aussi se poser à une plus petite échelle y compris pour votre potager même si par définition nous y évitons la monoculture et privilégions la diversification. Vous pourriez constater une baisse de la santé et de la productivité des plantes si les cultures sont cultivées au même endroit pendant de nombreuses années.

Pour l’éviter ces pièges, il suffit d’adopter un plan de rotation des cultures. Le principe est assez simple : les mêmes légumes ne doivent pas être plantés au même endroit année après année. En tant que système de jardinage biologique, la rotation des cultures présente de nombreux avantages :

  • Il réduit le besoin de lutte antiparasitaire.
  • Vous réduisez la propagation des maladies transmises par le sol
  • Il évite l’appauvrissement en nutriments dans le sol et garde les terres fertiles

La rotation offre une excellente défense contre toutes sortes de ravageurs et de maladies.

Comment fonctionne la rotation des cultures

Divisez simplement votre espace de culture en plusieurs zones distinctes, identifiez ce que vous voulez cultiver et gardez les plantes du même type ensemble dans une seule zone. Chaque année, les plantes cultivées dans chaque zone sont changées, de sorte que chaque groupe (avec ses propres exigences, habitudes, ravageurs et maladies) peut avoir l’avantage d’un nouveau terrain.

La plupart des systèmes de rotation des cultures ont tendance à durer au moins trois ou quatre ans, car c’est le nombre d’années qu’il faut pour que la plupart des ravageurs et des maladies du sol tombent à des niveaux sans danger. Si vous avez divisé en quatre groupes, cela signifie que les membres de chaque famille de plantes n’occuperont pas le même endroit plus d’une fois au cours d’une période de quatre ans. Les légumes vivaces comme les fruits à baies, la rhubarbe, les asperges et les artichauts ne sont pas replantés chaque année, ils peuvent donc avoir besoin de leur propre lit.

Planification de l’ordre de rotation des cultures

Certains légumes ne sont pas sujets aux maladies du sol, ce qui signifie qu’ils n’ont pas besoin de faire partie de votre plan de rotation. Vous pouvez donc semer des plantes partout où vous disposez d’espace libre. Les membres de la famille des Chenopodiaceae (roses), comme les betteraves et les épinards, sont également relativement peu problématiques et peuvent suivre la plupart des autres cultures.

Les choux suivent les légumineuses : Semer des cultures comme le chou, le chou-fleur et le chou frisé sur un sol utilisé auparavant pour les haricots et les pois. Ces derniers fixent l’azote dans le sol, tandis que les premiers bénéficient des conditions riches en nutriments ainsi créées. Les pommes de terre aiment aussi les sols riches en azote, mais ne devraient pas être plantées à côté des brassicacées, car elles aiment différents niveaux de pH.

Un sol très riche et des racines ne se mélangent pas : Évitez de planter des légumes-racines dans des zones qui ont été fortement fertilisées, car cela provoquerait un feuillage luxuriant au détriment des parties comestibles de la plante. Semer le panais sur une zone qui a abrité des cultures exigeantes (comme les brassicacées) la saison précédente, car elles auront décomposé les riches composés.

Rotation des cultures dans les petits jardins

La rotation des cultures dans les petits jardins peut être difficile si par exemple vous ne pouvez diviser votre potager qu’en deux parties. Dans ce cas, vous pouvez tout de même faire pivoter les cultures simplement à des endroits différents. Vous pouvez suivre une tomate avec un haricot un an après l’autre. Vous pouvez aussi remplacer une culture fourragère abondante comme le brocoli cultivé au printemps ou à l’automne par des pois au printemps ou des haricots l’été suivant. Vous pouvez également remplacer une mangeoire lourde par une culture de couverture d’engrais vert qui nourrit le sol ; les cultures de couverture qui nourrissent le sol comprennent le trèfle blanc nain ou la vesce velue.

L’ajout d’une grande quantité de compost vieilli avant le début de la saison, après la récolte et comme pansement d’accompagnement pendant la saison de croissance est une autre façon de stimuler ou de remplacer les éléments nutritifs dans le sol, mais ce n’est pas une rotation des cultures.

Rotation des cultures par groupe de récolte

La rotation des cultures par groupes de récoltes est une stratégie de rotation simple : alterner les cultures feuillues, les cultures racines et les cultures fruitières. La rotation des groupes de récolte n’est pas une méthode précise de rotation des cultures (par exemple, les poivrons sont des mangeurs légers et les tomates sont des mangeurs lourds, mais les deux sont des cultures fruitières – mais c’est un moyen facile de grouper les plantes et de se rappeler la rotation d’une année à l’autre. Une simple rotation des cultures de trois ans divise les cultures en groupes de récolte :

  • Cultures feuillues – y compris les membres de la famille des choux comme le brocoli, le chou de Bruxelles, le chou-fleur, le chou-fleur, etc.
  • Cultures racines
  • Cultures fruitières (cultures à fleurs)

Dans ce mélange, vous pouvez ajouter des cultures de couverture pour suivre les cultures fruitières. Comme les cultures fruitières sont presque toutes les cultures d’été – tomates, poivrons, courges, melons, aubergines -, elles finissent leur récolte au début de l’automne et leur zone de plantation peut être replantée avec une culture de couverture d’hiver comme le seigle d’hiver ou les fèves. Au printemps, la culture de couverture est retournée et des cultures à feuilles peuvent être plantées pour poursuivre la rotation. Cette rotation ressemblerait à ceci :

  • Culture fruitière
  • Culture de couverture
  • Cultures feuillues
  • Culture racinaire

Bien qu’il soit certainement bénéfique de déplacer les cultures, cette pratique en groupes simplifiés ne donnent pas toutes les informations. L’habitude de croissance (racine, fruit, feuille, etc.) n’a pas d’influence sur la classification de la plante. Par exemple, bien qu’elles semblent radicalement différentes, la pomme de terre et la tomate appartiennent en fait à la même famille. Selon le schéma traditionnel, l’un pourrait suivre l’autre, mais comme ils sont si étroitement liés, ils attirent les mêmes ravageurs et utilisent les mêmes nutriments du sol.

Rotation des cultures par famille de plantes

rotation-culturesLa rotation des cultures par famille de plantes est peut-être la façon la plus traditionnelle de faire la rotation des cultures, bien qu’elle puisse être difficile dans un petit jardin d’un ou deux lits seulement. Dans la rotation des familles de plantes, les cultures d’une même famille ne sont pas plantées au même endroit plus souvent que tous les trois ans.

La rotation des cultures par famille permet non seulement de maintenir la fertilité du sol, mais elle est aussi le meilleur moyen d’éviter les attaques de ravageurs et de maladies ; certains ravageurs et maladies ont tendance à attaquer des plantes de la même famille. En faisant la rotation des familles de plantes, les ravageurs ne sont pas en mesure de trouver facilement les plantes qu’ils veulent attaquer.

Les familles notables de plantes potagères sont :

  1. Famille de courges : concombres, courgettes, courges d’hiver, melons (gros mangeurs)
  2. Famille des choux : roquette, brocoli, choux de Bruxelles, choux, choux, choux colards, choux frisés (mangeurs lourds)
  3. Famille de tomates : tomates, poivrons, aubergines (surtout les gros mangeurs)
  4. Famille des haricots : haricots et pois (enrichisseurs de sol)
  5. Famille des laitues (mangeoires lourdes)
  6. Famille des carottes (surtout les carottes mangeuses de lumière)
  7. Famille des oignons : oignons, échalotes, poireaux (mangeurs légers)
  8. Famille des épinards : betteraves, épinards, bettes à carde (mangeurs légers à moyens)

La rotation par famille de plantes nécessitera une certaine planification.