La tubéreuse, origine, caractéristiques, plantation et traitements

La tubereuse est une fleur connue pour son odeur agréable, elle a été utilisée depuis très longtemps dans les parfums en raison de cette caractéristique olfactive. Découvrons cette fleur originaire du Mexique.

Origine de la Tubéreuse

La tubéreuse (Polianthes tuberosa L.) est l’une des plus importantes plantes ornementales tropicales à fleurs bulbeuses cultivées pour la production d’épis floraux de longue durée. Elle appartient à la famille des Amaryllidaceae et est originaire du Mexique.

Les Aztèques la cultivaient il y a près de 600 ans. En 1519, les Espagnols l’ont découverte l’ont ramenée avec eux en Europe.  Une fois introduite en Europe, elle est devenue populaires dans les jardins parmi une collection de fleurs blanches ou pastel.

Caractéristiques de la tubéreuse

tubereuseL’odeur de la tubéreuse est un délice pour vos sens grâce à son odeur parfumée utilisée en fragrance. Mais ses fleurs sont aussi magnifiques. La tubéreuse a des feuilles longues, étroites et de teinte vert clair. La plante atteint environ 25-30 cm de hauteur. La tige florale mesure entre 75-100 cm de long. Les fleurs sont en forme d’étoile, cireuses et disposées librement sur des épis pouvant atteindre 30 à 45 cm de long.

  • Le nom botanique de la tubéreuse est Polianthes tuberosa.
  • Cycle de vie : Pérenne/annuel (en fonction des conditions de culture)
  • Hauteur : 60 cm à 1 mètre
  • Saison de floraison : toute l’année
  • Les bulbes sont utilisés pour leur propagation

Les variétés de tubéreuse

Il existe une quinzaine d’espèces du genre Polianthes :

Calcutta simple, Mexican simple, Phule Rajani, Prajwal, Rajat Rekha, Shringar, Khahikuchi simple, Hyderabad simple, Pune simple, Arka Nirantra, Calcutta double, Hyderabad double, Pearl double, Swarna Rekha, Suvasini, Vaibhav.

Il existe quatre types de tubéreuses, qui sont nommées en fonction du nombre de rangées de pétales qu’elles portent :

  1. Simple : Elles portent des fleurs d’un blanc pur avec un segment de corolle en forme de rangée/rondelle. Les fleurs sont très parfumées et sont largement utilisées pour l’extraction de nouvelles fleurs en vrac et d’huiles essentielles. Les types simples sont plus parfumés que les doubles. Les fleurs en vrac sont utilisées pour la fabrication d’ornements floraux. Ses boutons floraux sont d’un blanc verdâtre.
  2. Semi-double : Elles sont composées de fleurs portant 2 ou 3 rangées de segments de corolle sur des pics droits.
  3. Double : Elles portent des fleurs ayant plus de trois rangées de segments de corolle. C’est une variété à fleur unique. Les pics sont droits. La couleur des fleurs est blanche et également teintée de rouge rosé. Les principales variétés sont Pearl for Double, Kalyani Double, Swarna Rekha, Hyderabad Double, Culcutta Double, Vaibhav et Suvasini.
  4. Panachées : Il s’agit de certaines formes de feuilles striées, appelées “panachées”. Dans ces variétés, des stries blanc argenté ou jaune doré sont visibles sur les feuilles.

Plantation de la tubéreuse

Préparation du champ ou du terrain

La terre doit être labourée en profondeur jusqu’à  30 – 45 cm. Le premier labour doit être effectué en janvier. Le champ est laissé exposé au soleil pendant au moins 15 jours, ce qui détruit les mauvaises herbes et les insectes nuisibles. Le deuxième labour peut être effectué environ un mois avant la plantation. Au moment du second labour, il faut incorporer dans le sol du fumier ou du compost. Ensuite, le sol est amené à une fine épaisseur en brisant les mottes et en éliminant les mauvaises herbes.

Saison de plantation de la tubéreuse

Des bulbes bien développés, en forme de fuseaux, d’un diamètre de 1,5 cm et plus sont considérés comme idéaux pour la plantation. Les tubéreuses sont généralement plantées dès le printemps jusqu’en juillet-août. Pour obtenir des fleurs presque toute l’année, on peut pratiquer la plantation séquentielle. Les bulbes de tubéreuse fraîchement récoltés peuvent être utilisés pour la plantation 4 à 5 semaines après la récolte.

Espacement des bulbes de tubéreuse

La densité de plantation influence nettement le rendement et la qualité des fleurs. La distance de plantation varie en fonction du sol et des conditions climatiques. Une faible densité de plantation entraîne un gaspillage d’intrants et une très forte densité de plantation entraîne une plus grande concurrence entre les plantes, ce qui réduit l’élargissement individuel des bulbes Les bulbes de tubéreuse sont plantés à un espacement optimal de 30 x 20 cm ou 20 x 20 cm.

Profondeur de plantation

La profondeur de plantation varie de 3 à 7 cm selon le diamètre du bulbe et le type de sol, et doit être 2,5 fois plus importante que le diamètre des bulbes.

Conditions de croissance de la tubéreuse

Bien que la tubéreuse ait une grande adaptabilité aux différents climats et sols voici les conditions optimales de sa culture :

  • Planter dans un sol ayant un pH de 6,5 à 7,5.  Le sol doit avoir une capacité de rétention de l’humidité suffisante, de préférence dans un endroit protégé des vents forts, des vagues de chaleur et de froid, afin de ne pas endommager les tiges des fleurs. Elles sont très sensibles à la stagnation de l’eau et aux mauvaises conditions de drainage et ont donc besoin d’un sol bien drainé et aéré.
  • Cette fleur nécessite le plein soleil mais peut être pousser à l’intérieur avec une lumière vive. Dans un endroit ombragé, les plantes poussent en hauteur et en longueur et la floraison en est affectée.
  • Au fur et à mesure de la croissance de la tubéreuse, fournir environ 2,5 à 3,5 cm d’eau une fois par semaine. La tubéreuse préfère cela à un arrosage plus fréquent en petites quantités.
  • Nutriments : La tubéreuse réagit bien à l’application d’engrais organiques et de fumier.
  • Ravageurs et maladies : La tubéreuse est une culture robuste et n’est pas très affectée par les attaques d’insectes, de parasites et de maladies.

Gestion des maladies

Les maladies de la tubéreuse sont :

Pourriture de la tige : L’infection est causée par le champignon Sclerotium rolfsii. Le symptôme de la maladie est précédé par l’apparition de masses mycéliennes grossières et proéminentes à la surface des feuilles ou près du sol. Plus tard, les taches infestées présentent une couleur vert clair due à la pourriture qui s’étend et couvre toute la feuille. Les feuilles infectées se détachent de la plante. Des taches sclérotiques plus ou moins rondes, de couleur brune, se forment sur et autour de la feuille infectée. En conséquence, la plante infectée devient faible et improductive.
L’incidence peut être réduite en diminuant l’humidité du sol ou en plantant à plus grande distance (45 cm x 30 cm).

Pourriture des bourgeons de fleurs : Elle est causée par Erwinia sp. Elle entraîne une pourriture sèche des bourgeons avec une décoloration nécrotique brune des pédoncules.
Les plantes malades doivent être déracinées et détruites.

Brûlure des feuilles : Cette maladie fongique ou cryptogamique est causée par le champignon Botrytis elliptica. Les fleurs infectées présentent des taches brun foncé et finalement toute l’inflorescence se dessèche. L’infection se produit également sur les feuilles et les tiges.
La maladie peut être contrôlée en utilisant de la bouillie bordelaise.

Tache foliaire de l’Alternaria : Cette maladie fongique est causée par Alternaria polyantha. La maladie est caractérisée par l’apparition de taches brunes avec de légers anneaux concentriques sur la nervure médiane.
La maladie peut être contrôlée par la pulvérisation de bouillie bordelaise à 10 jours d’intervalle.

Lutte contre les parasites

Les insectes importants sont les thrips, les pucerons, les foreurs de bourgeons, les sauterelles, les charançons, les nématodes, les araignées rouges, les rongeurs, etc.

Pucerons : Ce sont de minuscules insectes, au corps mou, de couleur verte, violet foncé ou noire. Ils se nourrissent de bourgeons floraux et de jeunes feuilles.
Lutte : Purin d’ortie, de fougère et d’ail ; les larves de coccinelle ; les mésanges (en plaçant des nichoirs, les mésanges nourrissent leurs petits de pucerons).

Thrips : Le thrip est un insecte minuscule (1mm) de la famille des Thysanoptères. Ils sont polyphages et se nourrissent indifféremment de feuilles, de tiges de fleurs et de fleurs. Les fleurs sont déformées par les attaques des thrips.
Lutte : L’ail agit comme répulsif ; L’Amblyseius cucumeris, un acarien  ou les chrysopes (Chrysoperla lucasina) sont des prédateurs des thrips ; On peut installer des pièges chromatiques de couleur bleue qui attirent les sujets adultes.

Sauterelles : Elles se nourrissent de jeunes feuilles et de bourgeons floraux. Les plantes touchées dont le feuillage et les fleurs sont endommagés perdent leur élégance, surtout pendant la saison des pluies.
Lutte : Planter du sorgho ; Disposer des morceaux de feuilles d’aluminium ; Pulvériser un mélange macéré de piment de cayenne, une gousse d’ail et un oignon.

Charançons (Myllocerus sp) : Les charançons ont une habitude nocturne et causent des dégâts sur les pousses et les feuilles. En général, ils nourrissent le bord des feuilles, produisant un effet dentelé caractéristique. Les larves se nourrissent des racines et creusent des tunnels dans les bulbes.
Lutte : Les nématodes tels que Heterorhabditis bacteriophora peuvent être rependus sur un sol à plus de 12°. Les nématodes vont parasiter les larves.

Tétranyques rouges : Ces acariens sont phytophages, c’est à dire qu’ils se nourrissent de végétaux. Ils se développent bien dans des conditions chaudes et sèches, généralement sur la face inférieure des feuilles, où ils forment des toiles, si on les laisse faire. Celles-ci sont généralement de couleur rouge ou marron et se multiplient rapidement. Les acariens sucent la sève, ce qui entraîne la formation de bandes et de stries jaunes sur le feuillage. Au fil du temps, les feuilles deviennent jaunes, argentées ou bronzées et se déforment.
La lutte peut se faire avec des auxiliaires grâce à des acariens polyphages comme le Phytoseiulus persimilis. Il suffit de mettre 3-4 spécimens sur chaque feuille infectée. Il peut être associé avec un autre acarien, le Neoseiulus californicus. Les coccinelles donnent aussi de bons résultats.

Nématodes phytoparasites : tout comme pour les acariens, des nématodes peuvent être des auxiliaires précieux quand ils sont polyphages ou des parasites quand ils sont phytophages. Deux nématodes à noeuds racinaires (Meloi-dogyne incognita et Meloidogynejavanica), le nématode réniforme (Ro-tylenchulus renioformis) et le nématode à bandes grasses (Aphelencoides bes-seyi) causeraient des dommages aux cultures, qui se caractérisent par une croissance rabougrie des plantes, entraînant des pertes de rendement importantes.
Lutte : Des champignons comme Arthrobotrys irregularis, unHyphomycète, ont la capacité de les prendre au piège et de s’en nourrir. Le nom commercial du produit à base de ce champignon a été le S350 puis le T350. D’autres champignon ovicides (ils tuent les œufs des nématodes) tels que le Paecilomyces lilacinus ou le Verticillium chlamydosporium sont aussi utilisés ; enfin des champignons à spores adhésives peuvent parasiter les nématodes. Ils peuvent appartenir à plusieurs classes : Oomycètes, Zygomycètes, Deutéromycètes, Basidiomycètes et Hyphomycètes.

Autres utilisations de la tubéreuse

  • Les longues pointes des fleurs de tubéreuse sont excellentes comme fleurs coupées pour la décoration de la table.
  • La tubéreuse représente la sensualité et est utilisée en aromathérapie pour sa capacité à ouvrir le cœur et à calmer les nerfs, en rétablissant la joie, la paix et l’harmonie.
  • Les fleurs de tubéreuse sont utilisées depuis longtemps en parfumerie comme source d’huiles essentielles et de composés aromatiques.
  • L’huile de tubéreuse est utilisée dans les parfums et les produits cosmétiques de grande valeur.
  • Les fleurs parfumées sont ajoutées, avec des stimulants ou des sédatifs, à la boisson préférée préparée à partir de chocolat et servie froide ou chaude selon les besoins.
  • Les bulbes de tubéreuse contiennent un alcaloïde, la glycérine, qui provoque des vomissements.
  • Les bulbes sont frottés avec du curcuma et du beurre et appliqués sous forme de pâte sur les boutons rouges des nourrissons.
  • Les bulbes de tubéreuse séchés sous forme de poudre sont utilisés comme remède contre la gonorrhée.
  • Les fleurs de tubéreuse sont également utilisées pour la fabrication de guirlandes artistiques, d’ornements floraux, de bouquets, de boutonnières et pour l’extraction d’huile essentielle.

 

 

You might also like

Comments are closed.