Des larves de coccinelle pour la lutte biologique contre les pucerons

En permaculture on évite tout produit chimique. La lutte biologique fait partie du processus pour une culture naturelle. Les nuisibles posent parfois problèmes dans le jardin. La solution idéale est de faire appel aux larves de coccinelles pour dévorer les pucerons. Explications !

La Coccinelle rouge à 7 points

larves-coccinelle-puceronsLes coccinelles, ou “bête à bon Dieu”, sont de petits coléoptères, jaunes, rouges ou noirs, avec ou sans taches. Parmi les 3 000 espèces connues, un peu plus d’une centaine font partie de la faune européenne. Il y a de grandes variations de couleurs. L’espèce la plus connue et l’une des plus faciles à élever est certainement la coccinelle rouge à sept points (Coccinella septempunctata), commune sous nos climats, aux ailes rouges (élytres) tachées de sept points noirs. Cette coccinelle mesure environ 7 mm de long.

Les coccinelles vivent assez longtemps car, lorsque l’hiver arrive, elles hibernent jusqu’au printemps suivant. Cependant, les coccinelles qui ont hiberné une fois ne le font généralement pas une seconde fois et meurent lorsque le froid arrive. Leur longévité maximale est d’un an.

Ces coccinelles sont de redoutables prédateurs entomophages des pucerons et des aphides.

Les pucerons

Le nom scientifique des pucerons est Aphis sp., ils appartiennent aux hémiptères. Chez la même espèce, il existe des formes ailées et non ailées. L’abdomen de la plupart d’entre eux présente deux fissures fermées, qui se terminent généralement par une sorte de tube appelé siphon. Ils vivent sur des plantes cultivées et sauvages.

Les pucerons, qui servent de nourriture aux coccinelles, se caractérisent également par leur taille pouvant atteindre 5 mm. Ils ont tendance à se concentrer en grand nombre sur les plantes hôtes, dont ils aspirent les sucs avec la bouche.

Le puceron est l’un des ravageurs les plus courants. Les pucerons sont le plus grand parasite de nos cultures et de nos fleurs.

  • Certaines espèces de pucerons sont communes dans les roseraies.
  • D’autres provoquent des maladies qui abîment les pommes de terre.
  • Les pucerons aspirent la sève des rosiers. Cela finit par provoquer la mort du rosier.
  • Presque toutes les plantes de jardin et d’intérieur peuvent être attaquées par les pucerons.

C’est un ravageur qui attaque au printemps et en été et qui est grandement favorisé par la sécheresse et l’excès d’eau dans l’environnement.

Parmi les dégâts causés par ces insectes, la Negrilla qui apparaît sur la mélasse aphidie la plante et l’endommage en empêchant la photosynthèse. Un autre élément important est que les pucerons sont les principaux transmetteurs de virus. Ils mordent une plante infectée et lorsqu’ils mordent une plante saine, ils lui injectent le virus.

Il existe de nombreuses espèces de pucerons, certaines n’attaquent qu’une seule plante ou culture spécifique et d’ autres sont plus polyphages : Myzus, Gossypii, Fabae, Spiraecola, etc.

Il existe de nombreuses espèces de pucerons, certaines n’attaquent qu’une seule plante ou culture spécifique et d’autres sont plus polyphages. Ces insectes sont également les principaux transmetteurs de virus. Ils mordent une plante infectée et lorsqu’ils mordent une plante saine, ils lui injectent le virus.

Pourquoi utiliser les larves de coccinelle pour lutter contre les pucerons ?

En raison des divers dégâts que les pucerons causent aux plantes et aux cultures, il est nécessaire de chercher des solutions pour éliminer ces ravageurs.

La meilleure solution est l’utilisation d’options biologiques, telles que la culture de larves de coccinelle, car ce sont des prédateurs naturels, et elles n’affectent ni les plantes ni les humains.

Les insecticides

Un insecticide est un composé chimique à base de substances expulsées par les animaux, utilisé pour tuer les insectes en inhibant les enzymes vitales. Dans le langage courant, ce terme est utilisé pour désigner les produits qui ont la propriété de tuer les insectes et qui sont limités à des suspensions dans des bombes aérosols ou à une crème à appliquer.

L’origine étymologique du mot insecticide est dérivée du latin et signifie littéralement tuer les insectes. Les insecticides sont importants pour lutter contre les insectes nuisibles dans tout type de culture ou pour éliminer tous ceux qui affectent la santé humaine et animale.

Les insecticides sont utilisés depuis la période hellénistique, lorsque différents produits étaient utilisés pour repousser les mouches et que les momies étaient traitées avec différentes essences pour les protéger de l’action de leur corps. Ils ont pris des cendres et les ont combinées avec de la graisse de porc pour repousser ces insectes.

Le développement de la botanique et la découverte de nouvelles plantes à usage industriel et productif aux XVIIe et XVIIIe siècles ont permis de découvrir les propriétés insecticides d’essences végétales telles que le tabac et le pyrèthre.

Ce n’est qu’au XXe siècle, avec le développement exponentiel de l’industrie de la synthèse chimique, que des insecticides synthétiques ou de synthèse ont commencé à être produits et conçus. À partir du troisième tiers du XXe siècle et du début du XXIe siècle, en raison des problèmes de toxicité non spécifiques des insecticides synthétiques, des produits moins toxiques et plus spécifiques ont commencé à être développés.

Comment fonctionnent les insecticides

Les insecticides peuvent réagir sur un ou plusieurs stades de développement de l’arthropode et peuvent être considérés comme des ovicides, des larvicides et des adulticides respectivement s’ils tuent les œufs, la larve ou l’adulte. Les insecticides peuvent entrer en contact avec l’insecte par le biais de la nourriture lorsqu’ils touchent l’insecte ou volent dans l’air contaminé, le plus souvent en combinaison. Le moyen d’action le plus moderne et le plus efficace, dans le cas des plantes, est l’introduction de l’insecticide à l’intérieur de la plante et par les vaisseaux conducteurs se répandent dans la plante et la rendent toxique pour le parasite.

L’action de l’insecticide sur l’organisme peut entraîner sa mort à court ou moyen terme. Parfois, elle les incite à arrêter de manger ou empêche la métamorphose de l’insecte, ce qui entraîne sa mort à long terme.

Actions néfastes des insecticides sur l’être humain

Il a été démontré que le contact prolongé de l’homme avec des insecticides provoque des indigestions, des maux de tête, des vomissements, des taches cutanées et des douleurs oculaires. Elle peut également provoquer des réactions allergiques.

Comment les larves de coccinelle remplacent un insecticide

Depuis l’Antiquité, les coccinelles prédatrices sont considérées comme les alliées de l’homme, et leur grande efficacité contre les parasites des cultures en fait, aujourd’hui, l’un des protagonistes de la lutte biologique. Ainsi, une coccinelle rouge femelle à sept points est capable de dévorer 3 600 pucerons en un mois.

Coccinella septempunctata, une espèce migratrice, est utilisée avec succès dans les cultures infestées de pucerons, bien qu’elle se nourrisse également d’une grande variété d’autres insectes et de larves.

Les larves de coccinelle sont plus efficaces si elles sont relâchées avant que la population de parasites ne devienne trop nombreuse. Il est donc nécessaire de les relâcher rapidement et de leur donner le temps de constater une diminution du niveau d’infestation.

Le cycle de vie des coccinelles de la larve à la coccinelle adulte

Les coccinelles, ces auxiliaires, sont probablement les insectes les plus bénéfiques. Elles naissent à partir de larves entre avril et mai et commencent immédiatement à dévorer les insectes. Elles frayent dans des capsules jaunes à l’intérieur des feuilles ou des tiges, et pondent leurs œufs en petits groupes, souvent attachés aux feuilles. En une semaine, les œufs éclosent et donnent naissance à une larve de coccinelle orange et noire, des insectes qui ressemblent à de petits lézards. L’incubation dure 5 ou 6 jours, après quoi les larves de coccinelle se développent rapidement en muant. La première et la deuxième étape durent chacune dix jours, la troisième quatre jours et la quatrième sept jours. Les larves, qui foncent avec l’âge, sont isolées à l’approche de la nymphose, puis fixées à la face inférieure d’une feuille par une cosse rétractable. La nymphose dure environ 10 jours. Lorsqu’il apparaît, l’imago est jaune ; la couleur rouge prend quelques heures à apparaître, ainsi que les taches noires caractéristiques.

Les coccinelles adultes et les larves vivent sur des plantes où il y a des pucerons, notamment les rosiers, les lauriers, les plantes laiteuses et les brocolis. Les femelles ne pondent des œufs que lorsqu’elles savent que des pucerons sont présents. Il est typique des coccinelles de faire le mort lorsqu’elles sont en danger. Elles tombent et ne bougent pas. Elles réagissent de la même manière lorsque vous les tenez dans votre main. Elles sécrètent aussi généralement un sérum jaune à partir de petits pores situés sur la peau des articulations, entre le tibia et le fémur. Toutefois, leur valeur défensive est limitée.

L’élevage de larves de coccinelles et les soins qu’elles nécessitent

larve-concinelleElle se reproduit dans des capsules jaunes à l’intérieur des feuilles ou de la tige, en petits groupes, souvent attachés aux feuilles. Les adultes et les larves de coccinelle vivent sur des plantes où les pucerons sont présents, notamment les rosiers, les lauriers, les plantes laiteuses et les brocolis.

Les femelles ne pondent des œufs que lorsqu’elles savent que des pucerons sont présents.

La culture de larves de coccinelle est relativement facile une fois la souche obtenue, car peu de matériel est nécessaire pour l’installation de la culture.

Méthode pour la culture de larves de coccinelle

La culture de la coccinelle à 7 points tente d’établir un équilibre entre la production constante de l’insecte-proie, le puceron, et le développement des prédateurs, les coccinelles.

Par conséquent, la même plante hôte avec les pucerons et la souche de coccinelle doit être installée dans la même culture. Comme le développement larvaire de la coccinelle se déroule sur une période de 20 à 30 jours, il est essentiel de conserver la même plante hôte avec sa colonie de pucerons pendant cette période.

La cage de culture sera donc une enceinte de sécurité à l’intérieur de laquelle une plante se développera pendant tout le cycle. Comme la coccinelle à 7 points peut consommer plusieurs espèces de pucerons en se disputant une plante hôte, différentes plantes peuvent se succéder dans la cage de croissance.

L’insectarium leur élevage

L’insectarium de sécurité est généralement placé dans une pièce maintenue à une température comprise entre 20 et 23 °C. L’arrosage de la plante hôte est suffisant pour maintenir l’indice hygrométrique approprié. L’éleveur peut choisir parmi trois modèles d’insectes, tous très pratiques, mais de forme et de volume différents :

  1. Le plus simple est juste une petite plantation de fèves entourée d’un manchon de tulle fixé sur un cadre.
  2. La seconde se présente sous la forme d’une grande cage en bois avec une ou plusieurs ouvertures de sécurité.
  3. Le troisième est formé d’un petit plateau de culture en plastique, aéré par un très fin grillage métallique, au fond duquel se trouve une couche de 1 cm de laine de verre trempée dans l’eau. Les feuilles de la plante hôte sont placées à la surface avec leur colonie de pucerons, puis avec les œufs et les larves de coccinelles. Ce système présente l’inconvénient de nécessiter une certaine manipulation lors de l’enlèvement des feuilles fanées. Les pucerons et les larves de coccinelles doivent ensuite être transportés vers leur nouveau support, ou les vieilles feuilles doivent être déposées ici et là au contact des nouvelles.

La fine feuille de carton permet de recueillir les larves perdues, en les poussant doucement sur une feuille de carton. Il est ainsi possible d’obtenir plusieurs générations de coccinelles pendant la saison favorable. En hiver, le maintien des souches peut se faire si nous continuons à fournir aux coccinelles de la lumière, de la chaleur et de la nourriture ; ou si nous gardons les imagos dans un petit seau, parmi les feuilles sèches, à la température extérieure.

Leur alimentation

Pour nourrir une coccinelle rouge à 7 points, il est essentiel d’élever des pucerons mais les souches ne sont pas faciles à conserver.

Il faut donner la priorité à celles qui résistent bien à la captivité et dont les plantes hôtes sont faciles à cultiver toute l’année. En laboratoire, les chercheurs utilisent souvent le puceron noir du haricot (Aphis fabae), qui se reproduit bien sur le haricot de plein champ. Il suffit de faire germer les haricots dans du coton saturé d’eau, puis de les placer dans un paillis humide stérilisé au micro-ondes, dans des coupelles de bois humidifiées ou dans de la mousse stérilisée.

Pour éviter les effets gênants du manque de nourriture, les pucerons sont élevés séparément et répartis en fonction de l’appétit des prédateurs. En effet, le nombre et la taille des pucerons consommés varient en fonction des différents stades larvaires. Ainsi, au premier stade, la coccinelle à 7 points consomme 10 à 12 larves de pucerons ; au deuxième stade, 30 à 40 ; au troisième stade, 50 à 60 ; au quatrième stade, 70 à 80 ; et enfin, au stade imago, 120 à 150 larves et adultes.

L’importance de la nourriture pour les larves de coccinelle

En cas de pénurie, les coccinelles s’attaquent les unes aux autres. Il faut donc surveiller les larves et les nourrir en abondance, pour éviter le cannibalisme. Il est bien sûr possible de cultiver chaque larve séparément. Pour ce faire, vous devez toujours conserver les plantes hôtes qui hébergent les colonies de parasites, mais vous devez les changer lorsque leurs tiges ne sont plus assez tendres. Il est possible de mettre différentes espèces de plantes et plusieurs colonies de parasites à la disposition des coccinelles.

Malheureusement, certaines souches de pucerons périclitent immédiatement, surtout en basse saison, privant ainsi les coccinelles de nourriture. Pour éviter de telles surprises, plusieurs souches de pucerons doivent être conservées simultanément. Pour pallier ces difficultés, il est nécessaire de disposer de plusieurs bassins pouvant accueillir le surplus de larves et celles appartenant à une autre espèce.

Capturer des larves de coccinelle dans la nature

Au printemps, les coccinelles adultes et les larves sont communes sur toute plante comportant des pucerons ou des insectes “écailleux”. Les jardins familiaux de légumes et de fleurs qui sont biologiques et où aucun insecticide n’a été utilisé sont un bon endroit pour les chercher.

Pour les capturer, utilisez de vieux flacons de pilules ou de petits récipients pour recueillir les coléoptères ou les larves. Tenez le récipient sous l’insecte et secouez-le un peu pour qu’il tombe dans le récipient. Si nécessaire, utilisez un filet à insectes pour les adultes, qui s’envolent. Vous pouvez essayer de les attraper quand ils volent ou passer le filet au-dessus de la plante. Cette méthode permet de casser les feuilles de la plante. Mettez un morceau d’essuie-tout ou une feuille pour qu’ils aient quelque chose à quoi s’accrocher pendant le transport. Vous pouvez également collecter des feuilles avec des pucerons afin de pouvoir observer la prédation plus tard.

Comment libérer les larves de coccinelle

À basse température, les coccinelles entrent en état de dormance et peuvent sembler mortes. Au fur et à mesure qu’elles s’échauffent, elles deviennent actives. Après la période de dormance, il faut les arroser doucement avec de l’eau avant de les libérer.

Il est conseillé de les libérer dans la soirée du jour même de leur réception. Elles ne doivent jamais être libérées pendant les heures chaudes ou ensoleillées. Elles doivent être conservées au réfrigérateur jusqu’à ce qu’il fasse presque nuit. De cette façon, elles commenceront à débarrasser activement le jardin des parasites dès le lendemain de leur réception.

Pour empêcher les coccinelles de s’envoler, certaines personnes les aspergent d’un mélange à parts égales d’eau et de boisson gazeuse immédiatement avant de les relâcher, ce qui leur permet de garder leurs ailes attachées pendant un jour ou deux. Pour de meilleurs résultats, relâchez quelques coccinelles chaque jour autour des fleurs, des arbustes et des arbres et conservez le reste au réfrigérateur, pour éviter qu’elles ne gèlent. Dans les grandes parcelles, répandez les coccinelles au centre et dans les zones les plus infestées. Les coccinelles peuvent être utilisées avec succès à l’intérieur, mais elles doivent être libérées la nuit pour éviter qu’elles ne s’envolent.

Il est conseillé de fermer l’entrée des serres et des lieux clos pour empêcher les coccinelles de s’envoler avant qu’elles n’aient frayé. La coccinelle femelle a besoin d’une source de nectar et de pollen pour atteindre sa maturité et se reproduire, il est donc très important qu’une grande variété de plantes à fleurs soit disponible. Si le nectar et le pollen ne sont pas disponibles en quantité suffisante, vous devez leur fournir des aliments de substitution.

 

You might also like

Comments are closed.