Comment faire un purin d’ortie et comment l’utiliser ?
5 (100%) 1 vote

Le purin d’ortie est un engrais riche en azote que nous pouvons faire à la maison, idéal pour le stade de croissance de toute plante. Sa préparation est très simple, utilisée en agriculture depuis des siècles avec d’excellents résultats.

Mais ce n’est pas seulement un engrais naturel 100% organique, c’est aussi un insecticide contre divers insectes, acariens et champignons. Tout un polyvalent que nous pouvons faire nous-mêmes sans dépenser d’argent, nous devons simplement collecter un peu de la principale matière première : les orties.

L’ortie est une plante connue pour son activité biopesticide. Le plus souvent, elle est utilisée sous forme de purin. A l’heure de la tendance bio, optez pour cette facile recette en vue de préserver votre santé et votre environnement.

Les bienfaits du purin d’orties

Un outil indispensable à tous les jardiniers, le purin d’orties est un véritable agent répulsif d’insectes. Pour ce faire, une pulvérisation directe sur et sous les feuilles et les tiges à protéger s’impose. A cet effet, une dilution de 10-1 est à réaliser. Cela signifie qu’il faut ajouter 9 ml d’eau à 1 ml du filtrat d’ortie.

Par application autour des pieds de la plante cible, le purin d’orties contribuera à l’évitement des maladies cryptogamiques. Ces attaques fongiques sont à l’origine de flétrissement et de fanaison des plantes. Elles sont dues à des champignons microscopiques.

Outre ses propriétés anti microbiennes, le purin d’orties sert aussi à favoriser la croissance des jeunes plants. Très riche en substances organiques et minérales, le mélange pourrait être employé comme biocompost ou plus précisément un intéressant activateur de compost. Ainsi, il est recommandé de le répandre sur les jeunes plants plutôt que sur les arbres en pleine floraison. En effet, la recette pourrait déranger le développement et la production des fleurs, vu qu’elle permet davantage celle des feuillages.

Comment appliquer le purin d’orties

L’ortie est excellente pour prévenir et combattre les ravageurs très communs dans les vergers et les jardins. Les parasites comme le puceron et les acariens comme l’araignée rouge, mais elle nous aide aussi à prévenir et à combattre les champignons comme le mildiou.

  • Pour la prévention nous l’utiliserons pendant une semaine en l’appliquant en alternant les jours une fois par jour, en fin d’après-midi.
  • Pour traiter les fléaux ou les maladies, nous l’utiliserons pendant la même période tous les jours à la dernière heure. Vous pouvez le pulvériser sur les parties aériennes des plantes et l’utiliser aussi comme eau d’irrigation.

Le purin d’orties est aussi très bénéfique comme engrais naturel comme:

  • engrais foliaire, nous le mettons dans un récipient avec pulvérisé ou pulvérisé et nous le jetons à la partie aérienne des plantes en fin d’après-midi,
  • engrais liquide que nous mélangeons avec l’eau d’irrigation, en proportion d’une partie d’ortie macérée par cinq d’eau. Cet engrais pour orties stimule la croissance des racines des plantes, favorise la floraison et peut être utilisé pour irriguer les semis car il stimule le processus de germination.

Conserver dans un seau sombre ou dans un endroit frais à l’abri de la lumière et vous pouvez l’utiliser pendant un mois.

Préparation du purin d’orties

Prévoyez :

  • Ortie fraîche (entre 400 et 500 grammes)
  • Gants
  • Ciseaux
  • 2 seaux ou fûts et un couvercle (d’une capacité minimale de 10 litres)
  • Ciseaux
  • Eau
  • Un bâton ou un ustensile en bois
  • Filtre à tamis

Lorsque vous coupez et manipulez des orties, vous devriez mettre des gants pour vous protéger des ruches qu’elles produisent. La première étape est le hachage des orties, sans tenir compte de l’épaisseur des tranches obtenues. Ensuite les verser dans le seau. Ajouter ensuite l’eau jusqu’à ce que le seau soit plein. Couvrez le seau ou la boîte et laissez-le dans un endroit frais et sombre.

Ensuite, le mout d’orties obtenu sera fermenté. Cela consiste à le mettre dans le contenant bien fermé (anaérobiose), le laisser macérer et à le remuer tous les jours jusqu’au dégagement des bulles. Ces dernières témoignent d’une macération réussie. Pour une température modérée (aux environs de 20°C), une à deux semaines suffisent. Cependant, le processus dégage une odeur nauséabonde si bien qu’il faut le réaliser dans un endroit loin de votre habitation.

Au terme de la transformation, les bulles s’arrêtent. C’est à ce moment que la décoction doit être filtrée. Le produit obtenu pourrait être conservé jusqu’à 6 mois dans un endroit sec et à l’abri de la lumière (photosensible).

Bonnes pratiques à retenir

Afin de prioriser la sécurité de l’utilisateur, il est crucial de respecter la dose de la dilution. Avec sa forte teneur en métabolites secondaires (facteurs antinutritionnels), le purin d’ortie pourra causer un empoisonnement s’il est avalé par l’être humain ou les animaux domestiques. A cet effet, il ne faut jamais descendre en dessous du rapport 1/10 (purin/eau).

Dans cette même optique, il est suggéré de préparer le purin dans un endroit calme et loin des déplacements humains. A part l’odeur pas vraiment agréable, il s’agit aussi d’une question d’esthétique et d’environnement. De plus, le produit est toxique lorsqu’il est ingéré à forte dose, donc il faut toujours faire attention.

Finalement, il convient  de rassurer que vous fabriquez un produit bio, et que tout ce qui s’y rapporte le soit également. Notre but n’est pas d’opter pour des phytoproduits inefficaces, notre finalité réside dans l’obtention d’un potager et fruits à la fois sains et productifs.

Voir aussi notre article sur le purin de consoude