Qu’est-ce que le compost ? Tout sur le compostage

Le compost est un engrais naturel idéal : les déchets de jardin et de cuisine peuvent être utilisés pour produire de précieuses réserves de terre humifère, ce que l’on appelle l’or du jardinier,  avec peu d’efforts. Explications !

Compost en résumé

  • Le compostage est un processus naturel. Les microbes, champignons et les petits animaux décomposent les déchets organiques, libérant des nutriments et construisant de l’humus. L’humus améliore le sol, les nutriments sont utilisés pour la croissance des plantes.
  • Le mécanisme du compostage est dépendant de l’oxygène ; le manque d’air entraîne la pourriture. Cela doit être évité, car il y a production de matière morte toxique.
  • L’intensité de la décomposition des déchets  dépend de leurs ingrédients. Les matières riches en azote peuvent être décomposées plus facilement que les matières pauvres en azote, ce qui rend le compostage très utile.
  • Tous les déchets verts ménagers et du jardin peuvent être compostés. Le fumier est une excellente matière première. Le compost est le résultat du processus qui consiste à composter toutes sortes de déchets ménagers produits dans le jardin et la maison. Il est utilisé comme nourriture pour les plantations et est aussi un conditionneur de sol.
  • Des conditions de compostage favorables sont données avec une humidité moyenne, une bonne aération et des températures autour de 30’C.
  • Le compost mûr a une couleur sombre à noire, une structure lâche et friable et sent la forêt en automne.

Qu’est-ce que le compost ?

Un élément central des cycles naturels est la biodégradation, dans laquelle les bactéries et les champignons convertissent la biomasse en humus, créant ainsi une base importante pour une nouvelle croissance. L’homme utilise ce principe depuis des siècles et l’a appelé compostage.

Le compostage est la décomposition et la conversion biologiques des déchets organiques dans des conditions aérobies, c’est à dire avec l’oxygène atmosphérique. Le résultat est le compost, qui est utilisé comme amélioration du sol et comme apports en Azote ou Potassium.
Le compostage est d’une grande importance dans la gestion des déchets biologiques. Environ 50 % des déchets ménagers sont des biodéchets, qui sont recyclés par compostage et donc rendus utilisables.
Le compost est l’amendement le plus ancien et le plus naturel que nous connaissions. Il est obtenu à partir des restes organiques des ménages et des jardins. Il apporte une contribution essentielle au maintien de la santé des sols et à la nutrition de vos plantations. Tout propriétaire de jardin devrait faire du compost. Le compost est un moyen judicieux de recycler les déchets organiques. Un compost bien fait est le plus important et le meilleur engrais, les organismes souterrains et ce que vous souhaitez  faire pousser.

Que peut-on composter ?

  • Tous les déchets verts ou bruns produits dans le jardin peuvent être utilisés : Coupes d’arbres, de haies, de pelouse et de jardin ou de culture et mauvaises herbes.
  • Dans la cuisine, on peut utiliser tous les déchets de légumes et de fruits, le marc de café y compris le filtre et de thé, le journal, le carton ondulé et les coquilles d’œufs.
  • La litière pour petits animaux est aussi compostable.
  • Les déchets des toilettes sèches peuvent également être éliminés dans le compost.

Attention :

Le papier journal doit être placé sur le tas de compost lorsqu’il est bien humidifié. Le papier illustré et coloré ne convient pas.
Laissez l’herbe se flétrir et se mélanger à d’autres matériaux.

Déchiquetez les boutures d’arbres d’une longueur d’environ 5 cm, fendez les branches épaisses autant que possible.

Compostage des feuilles d’automne : Elles sont généralement pauvres en nutriments, car de nombreux arbres stockent tous les ingrédients utilisables avant de les perdre. C’est pourquoi il faut toujours le mélanger à d’autres déchets de jardin riches en azote, comme les déchets de pelouse ou de légumes. En automne, il suffit de les ramasser avec une tondeuse à gazon. Elles sont immédiatement déchiquetées et mélangées à l’herbe pour qu’elles pourrissent bien.

On ne peut pas composter

Les matières plastiques, les métaux (papier aluminium, fils), les os, les chiffons (surtout de tissus synthétiques), les cendres de charbon (par opposition aux cendres de bois), les scories de coke ne se prêtent pas au compostage.

Les graisses et les huiles, les restes d’aliments d’origine animale tels que la viande, le fromage, les os et les arêtes de poisson ainsi que les produits de boulangerie n’ont pas leur place sur le compost.

Attention au compostage de ces déchets

Les pelures d’agrumes contiennent des agents antifongiques et se décomposent très lentement, c’est pourquoi il ne faut en ajouter que de petites quantités au compost.

Les mauvaises herbes ne doivent être compostées que si elles n’ont pas encore produit de graines.

Les mauvaises herbes à racines telles que l’herbe à la goutte et le chiendent doivent être bien asséchées avant le compostage.

Pour démarrer le vôtre, lisez l’article Comment faire un compost dans son jardin.

Effet de l’aération dans le composteur

compost-composteurPendant le  retournement, tous les composants dans le composteur sont mélangés et aérés, ce qui empêche la pourriture. Les micro-organismes reçoivent beaucoup d’oxygène, dont ils ont besoin pour décomposer les déchets.
En cas d’utilisation de matières végétales très humides et d’absence simultanée de taille, il est conseillé de tourner fréquemment.

Le processus de compostage

Lors de la préparation du compost, il se passe la même chose qu’avec la végétation morte en automne en forêt, dans la prairie ou dans le champ : il est décomposé, l’humus se forme et les nutriments sont libérés. L’objectif du compostage est d’influencer ces processus de manière favorable.

Lorsque les résidus sont décomposés dans le tas de compost, deux processus opposés peuvent se faire concurrence. Il s’agit de pourriture qui commence lorsque l’alimentation en air est coupée. La pourriture est facilement reconnaissable à sa mauvaise odeur.

Lors du compostage, ce processus de décomposition doit être empêché, car il émet des toxines qui perturbent la vie dans le jardin.

Le compost est une matière vivante

Au cœur d’un tas de compost, des bactéries et des champignons microscopiques et résistants à la chaleur élèvent la température du processus de décomposition des déchets au cours des premières semaines, à tel point qu’aucun autre être vivant ne peut y exister. Plus loin, les premiers grands organismes tels que les nématodes, les collemboles et les poux se fixent au fil du temps. Ils peuvent être identifiés à l’aide d’une loupe.

Les grands animaux que l’on peut identifier sans loupe, tels que les mille-pattes, les coléoptères et les acariens prédateurs, vivent dans la couverture extérieure plus fraîche du tas de compost. Ils ne se nourrissent généralement pas de matières organiques, mais chassent plutôt les petits habitants du compost.

Pour que la faune et la flore du compost vive, il est évident que les deux ont besoin d’eau. Sans eau, pas de vie, donc le compost doit être arroser régulièrement.

Ce sont donc surtout les microbes (bactéries, champignons, algues) qui sont impliqués dans le processus. Pour eux, les déchets de plantes ou d’arbres sont une source de nourriture et d’énergie. Mais toutes les matières n’ont pas la même valeur pour les petits organismes. Les matériaux riches en azote (par exemple, le feuillage, les restes de tonte, le fumier) sont préférés. S’ils sont en quantité suffisante, un métabolisme intensif et une reproduction explosive des microbes s’installent. Les restes de végétaux se décomposent d’autant plus vite. L’intérieur du tas de compost chauffe jusqu’à 40-60° en raison de l’activité microbienne, ce qui est une bonne chose, car cela tue les germes et les graines de mauvaises herbes.

L’intensité de la décomposition est très faible pour les végétaux collants (par exemple, sciure, paille, tourbe). L’utilisation d’aides au compostage telles que la farine d’algues, la farine de sang, l’urée ou le compost prêt à l’emploi est alors utile.

Lorsque les sources de nourriture des microbes se tarissent, leur activité diminue progressivement. Le réchauffement du tas de compost va s’atténuer. Maintenant, de nombreux animaux (collemboles, acariens, cloportes) commencent à coloniser le tas de compost. Ils utilisent leurs outils mordants pour déchiqueter les matériaux du tas. Peu à peu, des vers apparaissent également, qui assurent une connexion intensive entre les miettes de sol et les substances organiques. Le compost change maintenant de couleur, passant du brun foncé au noir. La formation d’un humus stable a commencé.

Maturation du compost

  • Au bout de quatre à huit semaines et dans les meilleures conditions, un compost frais est prêt et peut être utilisé comme engrais pour les plantes.
  • Après au moins six mois, on obtient un compost fini qui a des propriétés à la fois fertilisantes et d’amélioration des sols.
  • Au bout de deux à trois ans, vous recevrez un compost mûr qui a des propriétés d’amélioration des sols.

Ces durées sont à relativiser car chaque compost a une composition différente avec un comportement de dégradation différent.

Dans le cas de végétaux riches en azote, le processus de maturation dure de 4 à 6 mois au cours du semestre d’été et de 6 à 9 mois au cours du semestre d’hiver. Avec des matériaux pauvres en azote comme le bois, par exemple, le mûrissement peut durer jusqu’à deux ans.
Le compost mature se reconnaît à sa couleur sombre, à sa structure meuble et friable et à l’odeur de la forêt. Pour être sûr, il faut effectuer un test de plantes avec du cresson. Le cresson convient à ce test en raison de sa croissance rapide. Lorsqu’elles sont semées dans un compost mature, les graines de cresson doivent avoir complètement germé au bout de 2 à 3 jours, être encore vertes et avoir des racines blanches au bout de 7 jours. Dans un compost non mûr, les feuilles deviennent jaunes ou brunes.

 

You might also like

Comments are closed.